BUSTE NEFERTITI MUSEE DU CAIRE EGYPTE ANCIENNE AR20

ARTISANAT EGYPTE ANCIENNE
3711
    Délai de livraison:24/72h sauf Point relais
Ajouter au panier
  • Description
  • Plus

 

BUSTE NEFERTITI EN RESINE PEINT A LA MAIN

REINE ANCIENNE EGYPTE

" La belle est venue "

Néfertiti est la grande épouse royale d'Akhénaton, l'un des derniers rois de la XVIIIe dynastie.

Elle vécut aux environs de -1370 à -1333/34.

Sa beauté est légendaire, et il est certain qu’elle exerçait un rôle politique et religieux important pendant la période amarnienne.

En effet, lorsqu'une équipe d'archéologues américains entreprit récemment la reconstitution virtuelle des parois du temple d'Aton à Karnak à partir de talatates, — un gigantesque puzzle de plus de six mille blocs en grès retirés du IXe pylône —, elle eut la surprise de constater que les représentations de Néfertiti étaient plus nombreuses que celles d’Akhénaton, son royal époux.

Ailleurs, la reine est figurée dans la pose traditionnelle de pharaon châtiant les ennemis de l'Égypte, ou officiant aux côtés du roi devant leur dieu Aton.

D’autres reliefs encore montrent le couple royal et les petites princesses dans leur intimité familiale.

Toutes ces scènes sont la preuve que la reine exerçait un pouvoir considérable, l'art officiel n’ayant jamais montré de scènes similaires auparavant.
Buste de Néfertiti :
Le buste donne une idée de la manière dont les anciens Égyptiens restituaient les proportions du visage humain.

Source wikipédia


Dimension : 15 x 6.5 cm
Poids : 420 grammes +/-
FABRIQUE EN EGYPTE

Replique de l'originale exposé au Musée du Caire


REF : 070910/ 3711 / AR 20 / C2
Cette figurine stylisée est l’œuvre des sculpteurs Ashanti. Ces poupées, appelées AKUABA, étaient souvent faites en bois mesurant de 20 à 40 cm et représentaient un corps allongé portant une longue tête en forme de disque.
Le cou semble être composé de plusieurs anneaux. Les bras sont symboliques et n’ont pas de mains.
Quand une femme akan était stérile ou voulait simplement un enfant, elle se procurait une statuette façonnée par les prêtres qui lui permettait de concevoir.
Lorsque la femme accouchait, elle devait la rapporter au sanctuaire pour servir à nouveau.
Si l’enfant mourait, la femme gardait la poupée en mémoire.