PORTE CLEFS CLES CROIX DE VIE ANSEE ANKH EGYPTE PCXX

ARTISANAT FAIT MAIN
3712
INDISPONIBLE-DEJA VENDU
    Délai de livraison:24/72h sauf Point relais
  • Description
  • Plus

DEJA VENDU-INDISPONIBLE
PORTE CLEFS CROIX DE VIE OU ANSEE ANKH

L'ankh est le hiéroglyphe représentant le mot qui signifie « vie ».

Ankh a aussi comme nom : la Clef du Nil, la Clef de la Vie ou encore la Croix de la Vie.

L'Ankh représente la vie éternelle.

Il symbolisait parfois, par extension, le force vitale infinie et se trouvait alors intégré comme tel dans l'architecture, sous la forme de motifs propitiatoires ornant les murs des temples, ou bien dans d'autres contextes.

Ayant la forme d'un miroir ou d'un nœud, l'ankh est un symbole de la vie.

Il était souvent porté par les divinités ou par les gens dans les processions funéraires, ou offert au roi en tant que souffle de vie.

Les dieux peuvent le tenir par la boucle, ou en porter un dans chaque main, les bras croisés sur la poitrine.

Ce symbole était appelé crux ansata en latin « Croix Ansée ».

L'ankh apparaît fréquemment dans l'art égyptien, en particulier dans les peintures des tombes ; Les morts la gardaient dans la main pendant la pesée de leur cœur pour accéder à la vie éternelle.

Lorsqu’un dieu mettait l’anse de la clef sous le nez d’un pharaon, cela signifiait qu’il lui donnait le souffle de la vie.

Elle apparaît souvent au bout des doigts d'un dieu ou d'une déesse de l'au-delà faisant le don de vie à la momie de la personne défunte.

Les pharaons l’utilisaient partout, elle est représentée dans les temples, posée sur les momies, les dieux la tenaient dans la main comme clef de la connaissance pour résoudre tous les mystères de la vie éternelle.

Ce symbole était souvent porté comme amulette par les Egyptiens, soit seul, soit en association avec deux autres hiéroglyphes signifiant « force » et « santé ».

Les miroirs étaient souvent faits en forme d'ankh.


EN METAL DORE
Dimension : 9 x 3.5 cm
Poids : 40 grammes +/-
QUALITE EXCEPTIONELLE !
REF : 080910/ 3712 / PC XX / C3
Cette figurine stylisée est l’œuvre des sculpteurs Ashanti. Ces poupées, appelées AKUABA, étaient souvent faites en bois mesurant de 20 à 40 cm et représentaient un corps allongé portant une longue tête en forme de disque.
Le cou semble être composé de plusieurs anneaux. Les bras sont symboliques et n’ont pas de mains.
Quand une femme akan était stérile ou voulait simplement un enfant, elle se procurait une statuette façonnée par les prêtres qui lui permettait de concevoir.
Lorsque la femme accouchait, elle devait la rapporter au sanctuaire pour servir à nouveau.
Si l’enfant mourait, la femme gardait la poupée en mémoire.